Indemnités versées au salarié par l’employeur

Durant votre arrêt maladie, vous pouvez bénéficier d’indemnités complémentaires aux indemnités journalières versée par la sécurité sociale. Sauf dispositions conventionnelles plus favorables, elles sont versées sous condition d’ancienneté, pour une durée limitée et un montant qui varie en fonction de votre situation.

Bénéficiaires

Pour percevoir les indemnités complémentaires, vous devez remplir toutes les conditions suivantes :

  • justifier d’au moins une année d’ancienneté dans l’entreprise (calculée à partir de votre premier jour d’absence),
  • avoir transmis à l’employeur le certificat médical dans les 48 heures,
  • bénéficier des indemnités journalières (IJ) versées par la sécurité sociale,
  • être soigné en France ou dans l’un des États membres de l’Espace économique européen (EEE).

Si vous êtes travailleur à domicile, salarié saisonnier, intermittent ou temporaire, vous ne pouvez pas bénéficier de ces dispositions.

Attention : en contrepartie de l’obligation de verser les indemnités, l’employeur peut recourir à une contre-visite médicale.


Montant

Sauf dispositions conventionnelles plus favorables (comme par exemple le maintien de salaire), le montant des indemnités versées par l’employeur est calculée de la manière suivante :

  • pendant les 30 premiers jours d’arrêt de travail, le montant correspond à 90 % de la rémunération brute que vous auriez perçue si vous aviez travaillé,
  • pendant les 30 jours d’arrêt suivants, le montant correspond aux 2/3 (66,66 %) de cette même rémunération.

Si votre absence entraîne une augmentation de la durée de travail des autres salariés, cette augmentation n’est pas prise en compte pour calculer la rémunération brute.

Si vous avez déjà bénéficié d’une ou plusieurs périodes d’indemnisation pour maladie par l’employeur dans les 12 mois précédents, la durée de versement est déduite du nombre de jours déjà indemnisés.

Lorsque les indemnités journalières versées par la sécurité sociale sont réduites (par exemple, en raison d’une hospitalisation ou d’une sanction de la CPAM pour non respect de la procédure), les indemnités complémentaires versées par l’employeur restent toutefois calculées sur le montant intégral des indemnités journalières.


Majoration des durées de versement

La durée de versement des indemnités versées par l’employeur est majorée, en fonction de votre ancienneté dans l’entreprise, de la manière suivante :

Durée de versement des indemnités complémentaires en fonction de votre ancienneté

Durée d’ancienneté dans l’entreprise Durée maximum de versement des indemnités au cours d’une période de 12 mois
de 1 à 5 ans 60 jours (30 jours à 90% et 30 jours à 66,66%)
de 6 à 10 ans 80 jours (40 jours à 90% et 40 jours à 66,66%)
de 11 à 15 ans 100 jours (50 jours à 90% et 50 jours à 66,66%)
de 16 à 20 ans 120 jours (60 jours à 90% et 60 jours à 66,66%)
de 21 à 25 ans 140 jours (70 jours à 90% et 70 jours à 66,66%)
de 26 à 30 ans 160 jours (80 jours à 90% et 80 jours à 66,66%)
31 ans et plus 180 jours (90 jours à 90% et 90 jours à 66,66%)

La période des 12 mois de versement des indemnités s’apprécie, pour chaque jour d’arrêt de travail, de date à date. Tous les jours calendaires sont pris en compte.

Date de début du versement

Un délai de carence de 7 jours est prévu pour chaque arrêt de travail. Ainsi, sauf dispositions conventionnelles ou accord collectif plus favorables, le versement des indemnités complémentaires commence au 8è jour de l’arrêt maladie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s